Ouest France :
OF 27 juin 2018.PNG

Pour compléter, voici l'article de "La Gauche Trélazéenne" publié dans le dernier numéro d'Infoville :

Un Festival Estival trop cher et à repenser !

La situation budgétaire de notre commune montre qu’il y a des marges de manœuvres financières à mobiliser dans les dépenses liées à l’Evénementiel (Festival Estival, festivités à l'Arena, etc.).

Le Festival coûte trop cher !

Si l'on compare par grandes masses : pour 2017, les 600 000 € dépensés par la Ville pour le Festival correspondent à près de 75% de ce qui est versé aux CCAS pour assurer toutes ses missions en terme de politique sociale dans une ville comme la nôtre ! Il conviendrait d’ajouter les coûts de l’intervention des agents de la Ville au bilan du Festival pour avoir une idée claire et très précise de son coût global !

Notre ville a besoin d'un autre Festival !

Il faut pour le Festival une autre ambition que le « toujours plus haut, toujours plus loin... » ! Il y a nécessité de le repenser avec les acteurs locaux. Il doit s'intégrer à une politique culturelle générale nouvelle. Le Festival peut être un élément de vie sociale sur notre commune !

La politique événementielle, essentiellement basée sur des spectacles, n’est pas une politique culturelle.

Prise dans le cadre de la Ville-Evénement, une telle politique relève davantage d'une politique de communication. Une véritable politique culturelle doit permettre à chacun-e de s’approprier la culture indispensable à son émancipation ! Une part trop importante de la population trélazéenne reste marginalisée en ce qui concerne l’expression et à l’appropriation culturelles. C'est le sens des débats que nous avons sur la médiathèque ou l'Ecole de musique.

Vos élu-e-s de La Gauche Trélazéenne
Boris Battais, Chantal Duffoui et Gilles Ernoult